Crédit photo : businessinsider.fr

Selon une étude publiée par la prestigieuse université de Stanford, sous l’égide du sociologue Michael Rosenfeld. Les applications de rencontre sont devenus le principal vecteur de formation des couples hétérosexuels tous âges et conditions sociales confondues. Ils étaient 22% d’américains en 2009 à avouer avoir rencontré leur moitié en ligne, ils sont désormais 39% 8 ans plus tard en 2017.

Le Coronavirus a un effet catalyseur sur la rencontre en ligne

Tous les ténors de la rencontre en ligne ont publié des annonce et des statistiques réjouies et triomphalistes sur l’explosion du trafic et des inscriptions ainsi que tu temps passé en ligne par leurs bannés et ce depuis les débuts du confinement en mars 2020. celui quia tiré le plus de profits de cet état de fait est sans aucun doute TINDER, nous allons examiner les répercussions sur le trafic des plus grands majors du dating de par le monde

Tinder : statistiques de fréquentation durant confinement COVID

Tinder pendant le confinement en mars 2020

Dimanche, 29 mars 2020 , une journée que les dirigeants de tinder ont du marquer d’une pierre blanche car leur application a enregistré un record historique de fréquentation, matérialisé par le nombre de SWIPES ( swipe signifie glisser en Anglais ) : ainsi plus de 3 milliards (Trois mille millions ! ) de « swipes » ont été enregistrés ce jour là , trois milliard de doigts ont fait le geste fatidique de glisser a gauche de l’image ( non ) ou à droite de l’image ( oui ). Ce qui est marrant à noter, c’est que les lieux de rencontre pour les « date »s ont évolué avec covid : on se retrouve à la supérette du coin avec l’attestation signée de courses de première nécessite. ; ce maudit virus a apporté une forme de poésie en imprimant en arrière fond des rendez-vous amoureux un décor de boites de conserve …

Explosion de l’infidélité en ligne durant le confinement

Gleeden, ou la rencontre extra-conjugale-durant-confinement-mars-2020
Gleeden signale que l’afflux de visiteurs a commencé dès la première semaine de confinement et où on append que les anglais ont déjà nommé ce syndrome du confiné qui s’en va papillonner sur les sites de rencontre , « the cabin fever » ou la « fièvre de cabine ». Sur Gleeden, le champion de la rencontre extra-conjugale, et ce dès le 17 mars 2020, le trafic aurait augmenté de +260%par rapport au moins de mars 2019, et le nombre d’inscrit à enregistré une hausse de +170%. Le temps de connexion a augmenté lui de +250% passant d’un moyenne de une ( 01 ) heure à 02h30 minutes !
Par ailleurs les membres se sont montrés plus actifs sur leurs profils où les mises à jour et éditions ont augmenté de + 230% par rapport aux semaine précédentes.
Pour plus de statistiques sur les rencontres rapides et les coups d’un soir voir cet article.

Meetic : état d’esprit des célibataires durant le confinement

Les célibataires de meetic durant le confinement de mars 2020

Une enquête menée par le géant du dating auprès de ses membres, et consultable ici,  
montre que , interrogés sur ce qui leur a manqué le plus durant le confinement , et 57% répondent les amis ! Le sexe n’arrive qu’en dernière position à 27%. l’activité des femmes durant le confinement a été d’appeler les amis à 59%,  quant aux hommes , leur activité principale à un taux de
45% a été de regarder des séries. Et il est vrai que jamais le réseau internet, n’a été autant sollicité, internet était lent et les plantages réguliers pour les fans de netflix et ocs … Ensuite, quand on demande aux célibataires les raisons qui les ont poussé a se connecter durant le confidemment ils répondent à 38% « pour se changer les idées » c’est la raison principale qui est invoquée. Une question fort intéressante était de savoir quels étaient les sujets de prédilection durant le confinement et on arrive au constat suivant ; en premier , les projets, en second , les sentiments, en trois les voyages, en quatre l’impact du confinement sur la vie ( tiens, on aurait pensé qu’il serait premier ce sujet là ! )et enfin bon dernier « les sorties » et on comprend pourquoi … Dans les appels virtuels, la vidéo arrive en premier plan avec 39% des célibataire qui la préfèrent.

Un son de cloche dissonant à propos de ces statistiques

à signaler un son de cloche radicalement différents de la part du site stat-rencontres qui affirme tout le contraire :  à savoir que le confinement avec ses restrictions de déplacements et donc de rencontres réelles,  a fortement impacté mais  négativement le trafic des sites de rencontre.  Il affirme  que les seuls  sites à tirer leur épingle du jeu seraient les sites libertins, avec une baisse de fréquentation de seulement 20%. alors que celles des autres sites de rencontre avoisine les 55% en moyenne. Autre constat d’après le site, une baisse vertigineuse des inscriptions …. Qui dit vrai ?