Crédit photo : Journée de la femme au Maroc

L’amour et la sexualité dans la société marocaine

Au Maroc, sous la pression de la société civile et de la jeunesse,  les relations entre hommes et femmes se redéfinissent  et se complexifient, notamment en termes d’intimité, de passion et de sexe. Les disposions légales du pays, souvent en porte-à-faux, ont elles aussi du évoluer.

La condition de la femme marocaine est généralement un bon indicateur de la santé de la société et de l’état du système politique.
Les droits réservés par les femmes marocaines reflètent non seulement la vitalité d’un pays dans lequel de plus en plus de femmes prennent des responsabilités, mais également un système hypocritement obsédé par la virginité dans lequel la liberté morale est utilisée comme solution. Une excuse pour les questions politiques.
Bien que la loi l’interdise, les hommes et les femmes célibataires au Maroc ont-ils des relations amoureuses et sexuelles avant le mariage ?
Oui, bien que ces relations soient illégales d’un point de vue social, religieux et juridique, les Marocains et les Marocaines ont toujours eu une vie amoureuse et sexuelle avant le mariage.
Pour ceux qui ont vécu ces expériences, la vraie question est de savoir comment continuer à développer cette relation sans la révéler. En ce qui concerne les femmes, la virginité est nécessaire au mariage, ce qui conduit inévitablement à diverses «pratiques sexuelles ou encore chirurgicales», qu’on expliquera plus loin dans cet article. ( Lire à cet égard, l’article documenté sur le marché des hymens ).

En plus des rapports sexuels pratiqués dans le cadre du mariage, une vie amoureuse et sexuelle s’est développée en dehors de ce cadre. Cette vie sexuelle est considérée comme une «déviance» par la société.
Conformément à la loi au Maroc, toutes les personnes non unies légalement (mariage) et qui sont de sexe différent, qui s’adonnent à des relations sexuelles entre-elles, seront condamnées d’un mois à un an de prison ferme.

Ainsi en 2019, Une femme mariée et son amant ont écopé chacun d’une peine d’emprisonnement de 4 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 30.000 dirhams en faveur de l’époux. Plus récent encore, en plein confinement, une femme écope de 03 mois de prison et une peine d’amende pour relation adultère.

Seulement, si les filles marocaines succombent enfin à l’excitation sensorielle, elles le font généralement avec leurs proches amis ou amoureux, dans l’espoir d’un mariage.
Les marocaines, de façon générale, ne couchent qu’avec les garçons dont elles sont amoureuses, et avec qui elles espèrent se marier un jour. En effet, parmi les obsessions des marocaines, le fait de se sentir oubliée une fois que leurs partenaires auront obtenu ce qu’ils voulaient. Et il faut avouer que c’est souvent le cas dans les cultures arabo-musulmanes. Une grande majorité des hommes arabes évitent toujours d’épouser une fille avec qui ils ont couché, considérant qu’il s’agit d’une fille facile, pas digne de porter leurs noms et éduquer leurs enfants.

Et oui ! Dans la culture arabe, ce qui est permis aux hommes ne l’est pas aux femmes !
Ce qui nous pousse à nous poser une question importante ; si toutes les filles refusent le sexe, comme l’exigent les garçons en tant que condition de mariage, avec qui vont ces derniers coucher ?
Sachez que dans l’esprit de ces hommes, le corps d’une femme est une arme de tentation et doit être préservé, mieux utilisé et offert uniquement comme fruit mûr à son futur mari.
Une société traditionnelle de base n’approuve pas de le donner au premier venu, et cette société condamne sans relâche la fille « facile ».
En l’absence de statistiques sur cette question, tout montre que de plus en plus de jeunes ont des relations sexuelles avant le mariage. Cependant, compte tenu de leur statut social, les hommes ont l’avantage d’avoir plus de relations sexuelles avec plusieurs partenaires. Ils se sentent plus libres de leurs corps, que les femmes. De plus, le marché de la prostitution professionnelle ou déguisée leurs offrent un domaine prospère pour s’épanouir.
L’impression que nous donnent les jeunes filles de nos jours est qu’elles se libèrent aussi de plus en plus facilement. Le problème est que la mentalité ne suit pas. Preuve: la chasteté des femmes fait toujours partie du domaine « sacrée ».
Les marocaines continuent à persévérer comme un rocher et continuent à associer leur « valeur » à la protection de cette membrane de virginité.
Même si cela signifie qu’elles se livrent à des relations sexuelles superficielles, ou des relations sexuelles orales ou à une sodomie, et d’éviter autant que possible les rapports sexuels avec pénétration.
De nos jours, une nouvelle habitude est devenue de plus en plus courante au Maroc, on parle ici du commerce de la «virginité chinoise», qui est la membrane, pour toutes celles qui ont déjà eu des relations sexuelles. Un simple acte chirurgical peut leur permettre de redevenir vierges au vu d’un mariage.
Il faut dire que chez les jeunes femmes marocaines, la mentalité évolue et modifie progressivement leur manière d’entrer dans l’âge adulte, de sorte que la disparition
du mariage précoce et le temps d’apprentissage prolongé offrent aux jeunes du temps libre pour mûrir hors du monde « Mari et femme.»
Par conséquent, pour obtenir le statut d’adulte, il est nécessaire de payer un long temps d’attente, pendant lequel les jeunes filles commencent à explorer les relations émotionnelles dès le collège ou le lycée.
A la date d’aujourd’hui, cette longue période est une nouvelle étape pour elles, leur permettant de comprendre le mécanisme de l’expansion de la vie célibataire et la montée du nombre de relations sexuelles hors mariage.
Parmi les femmes mariées de 30 à 35 ans, un quart a déclaré avoir eu des relations sexuelles avec leur fiancé très tôt avant le mariage, probablement durant la vie scolaire et/ou universitaire.
Par conséquent, malgré les interdictions morales, les fréquentations sont monnaie courante et l’éducation des puritains est remise en question par des influences extérieures.

En effet, de plus en plus de jeunes violent les normes morales sociales, et les écoles deviennent un lieu où les garçons et les filles s’initient aux relations amoureuses et ouvrent la voie aux relations sexuelles extraconjugales.

Rencontres et mariages au Maroc

L’environnement social et les coutumes montagnardes permettent l’intersexualité, alors que les rencontres amoureuses sont officiellement interdites. La situation dans la plaine laisse place aux rendez-vous, c’est vrai, mais une claustration efficace rend difficile les rencontres sexuellement amoureuses.
Outre les rencontres traditionnelles, les nouvelles technologies se manifestent dans ces interactions, le rôle de la mobilité dans son développement, et la volonté de leur anonymat.

Rencontres en ligne

Les plate-formes de rencontres sur Internet modifient-elles la relation entre les hommes et les femmes, ou reflètent-elles la «souffrance sexuelle» au Maroc ?
Les applications et sites de rencontres marocains modifient-ils l’interaction émotionnelle entre les hommes et les femmes ?
Ces plateformes constituent un espace qui peut casser les normes sociales, notamment du fait des médias (smartphones, ordinateurs, tablettes). Les utilisateurs peuvent ainsi se sentir assurés de ne pas être affectés par les jugements traditionnels.
Si cette utilisation est pour eux (femmes et hommes) une évasion émotionnelle, alors le jeune homme ne comprend pas qu’il peut imaginer une relation sérieuse, voire un mariage, avec des personnes qu’il connaît sur cette plateforme.
Et oui, pour certains, ces sites ne sont pas un bon endroit pour trouver un partenaire de vie. Ce qui n’est pas du tout vrai. En effet, les filles présentes et actives sur ces plateformes ne sont pas nécessairement des filles faciles ou immorales, ou ne peuvent pas constituer de bons partenaires. On y trouve aussi des filles très correctes et polies, elles ont des valeurs humaines et elles ont recours à ces espaces pour faire des rencontres à défaut des réunions publiques.
Ce point de vue est partagé par d’autres utilisateurs de ces plates-formes, mais nombreux utilisateurs pensent que ces applications de rencontres visent principalement à trouver des plans pour la soirée.
L’utilisation de ces plates-formes au Maroc peut offrir des opportunités pour les gens au-delà des limites de l’espace public réel.
Par conséquent, nous observerons plus de femmes membres de ces plates-formes. Cela constitue également un espace de transition où de nombreux jeunes peuvent discuter et faire connaissance sans crainte d’engagement.
Des millions de jeunes filles et même des femmes marocaines se bousculent chaque jour sur des sites et des applications de rencontres. D’autres filles, résistent toujours. Elles invoquent principalement de bonnes raisons pour ne pas se lancer et d’autres sont à la recherche des arguments contraires pour tenter l’expérience.
Des milliers de personnes cachées derrière leurs surnoms rejoignent chaque jour les amoureux du réseau, à la recherche de personnes avec qui partager des moments, des aventures, des histoires et parfois une vie.
D’autres sceptiques hésitent encore à rejoindre la communauté « obsédée » par les célibataires sur les sites de rencontres.
Pourquoi sont-elles si réticentes? De toutes les « bonnes » raisons qu’elles invoquent, pour ne pas commencer, certaines semblent retenir l’attention. En tout
cas, ces raisons semblent valables pour y aller quand même, ou comment changer de regard sur ce mode de rencontre des temps modernes.
Selon d’autres utilisatrices, plus les années passent, plus la méfiance d’Internet perd de son utilité: puisque nous faisons tout là-bas, pourquoi ne pas y chercher une bonne compagnie ou des âmes sœurs aussi?
Pour certaines jeunes filles, chercher un amoureux derrière l’écran est devenu de moins en moins tabou, et la poursuite de l’amour virtuel devient un sujet de conversation avec des collègues ou des amis et des copines.
Les filles ne pensent plus qu’elles ne trouveront que des hommes de second ordre, voire des hommes suspects ou douteux. Mais elles risquent de tomber sur une « bonne affaire » ! Des gens formidables chez qui elles peuvent trouver ce qu’elles veulent, à travers ces plateformes comme dans la vraie vie: des aventures et des relations plus sérieuses.

Appartement-Clos, Co-location et Amour monétisé au Maroc

Le lieu des rencontres est toujours un vrai problème. Selon certaines enquêtes, seulement 0,1% des Marocains célibataires vivent seuls, tandis que 0,3% vivent dans des appartements ou des maisons partagées. Les autres vivent avec leur famille.
Dans les hôtels, un contrat de mariage est également requis pour qu’un couple partage une chambre. Il y a donc un véritable marché noir dans les grandes villes où il y a des appartements meublés fournis au service des Marocains et Marocaines.
Au Maroc, des appartements de quatre chambres dans des quartiers populaires accueillent parfois des femmes âgées de 17 à 39 ans qui se livrent simultanément ou successivement à des services de prostitution, de restauration et de ménage.
Cette superposition ou enchaînement de ces emplois s’explique par la fragilité du statut socio-économique des femmes, mais également à l’influence d’une certaine conception de l’argent qui lie les hommes et les femmes.
En dehors de ce contexte de travail, ces femmes entretiennent toutes une approche étroite avec des hommes (non-clients) qui les aident financièrement.
Les colocataires se produisent également dans les quartiers historiques et centraux de la ville, rassemblant des femmes de 19 à 29 ans qui oscillent pendant
la période de cohabitation entre prostitution professionnelle et communication sexuelle et / ou amour monétisée.
Selon les règles promulguées par les femmes, la plupart de ces espaces sont en majorité féminins. Les visites d’hommes (hors clients) sont rares et limitées à des circonstances particulières (vendeurs, personnel de maintenance, etc.).
De plus, contrairement à ce que l’on croit, la plus part des femmes prostituées au Maroc n’ont pas de proxénètes. Ils gèrent leurs propres activités professionnelles et privées. Cela dit, parfois, les fonds en circulation sont gérés par une personne externe à ce cercle, un homme évidemment.
Pour certains colocataires, ces transactions de monétisation sont un autre moyen d’obtenir des ressources. Dans le contexte d’instabilité économique entre le mariage et le travail, ces contacts monétisés et cette intimité sont un substitut temporaire aux réalisations des femmes.
Si ce comportement sexuel monétisé est le plus souvent compris comme «prostitution» et «liberté» dans son ensemble, sa signification est multiple et enchevêtrée.
Quelque soit la contre partie, dons, agents ou autres, ca reste toujours des raisons purement économiques, que ces actes sexuels hors mariage peuvent bien sûr prendre la forme appropriée de prostitution professionnelle (par négociation de la durée, de la nature et du prix de l’échange). Cela dit, ces échanges peuvent parfois se transformer en relations amoureuses.
Pour ces femmes pauvres, ces dons sont le premier regard, et ces femmes reçoivent de l’aide pour financer leur vie quotidienne (loyer, nourriture), obtenir des biens de consommation (vêtements, biens, meubles, etc.), et dans une large mesure aidez leurs familles.
Par conséquent, ces relations monétisées semblent être cohérentes avec l’idéologie dominante des relations de genre marocaines, y compris l’idée de fournir une aide masculine aux femmes dans la socialisation des jeunes, qui est transmise et absorbée.
Mettre l’accent sur l’argent ne signifie pas réduire cet échange entre hommes et femmes à une relation strictement gouvernante. Cette relation accusera les femmes d’aliénation tout en ignorant leur autonomie et leurs expressions intimes, comme l’amour, le plaisir ou le désir sexuel.

Les Mariages Au Maroc

La pratique du mariage forcé dans la société marocaine

Cette approche est plus adaptée aux femmes du «Maroc profond», des zones rurales, des montagnes de l’Atlas et de certaines petites villes du Maroc.
Dans cette situation de mariage forcé, les femmes sont confrontées à la violence. Dans différentes régions du pays, une fille célibataire de moins de 18 ans est toujours considérée comme une femme en faillite sans avenir.
Dans les petites villes du Maroc, le Haut Atlas, et les villages du centre les pères, les mères, les autorités locales et les juges continuent d’épouser des filles de 13 et 14 ans conformément à la coutume ou au contrat. Par conséquent, des gamines sont envoyées dans la famille du mari. Elles y sont souvent exploitées et violées.
Dans la province d’Azilal, le mariage coutumier est toujours important et les lois et codes des familles sont encore inconnus dans ces régions. La plupart des mariages ne sont encore annoncés que par Fatiha sans aucun document écrit.
Ces mariages sont dans leur majorité, des mariages précoces, qui lient un homme âgé à une fillette de 7 à 18 ans.
L’isolement de ces colonies est à l’origine du manque de connaissances juridiques et de la persistance du droit coutumier.

Mariages arrangés au Maroc

Quant aux mariages arrangés, ils représentent encore une part importante des engagements au Maroc.
Ce mariage comprend la rédaction d’un contrat de prêt signé devant les autorités. Le père et le futur mari concluent conjointement une somme de 20 000 à 60 000 dirhams (environ 1 800 à 5 500 euros), accordée au père en échange du mariage de la fille.
L’émergence de ce type de mariage vise à contourner la législation visant à empêcher les mariages mineurs. Tout le monde le sait, y compris les législateurs des communes.
Cette pratique s’explique par la volonté du père de marier sa fille, voire la fille mineure, avant qu’elle ne devienne vieille fille, ce qui va constituer pour lui une
source de dépenses supplémentaires dans des zones touchées par la pauvreté et l’instabilité. Mais également une honte, selon le jugement de certains.
Cependant, comme ce contrat n’est pas un acte de mariage, les jeunes femmes qui y sont confrontées ne sont pas protégées par la loi. Bien que le contrat puisse être résilié par le mari à tout moment, certains cas ont été cités dans lesquels une jeune femme a appris qu’elle avait été abandonnée par son mari. Puis, en raison de la perte de sa virginité, elle a été considérée comme «sale» par la société.

Mariage précoce chez les marocains

Bien que la loi fixe l’âge du mariage à 18 ans, elle stipule également que le juge de la famille peut approuver le mariage précoce pour autant que la décision du ce dernier soit raisonnable.
Les exceptions sont devenues la règle et les juges sont libres d’interpréter ces exceptions et permettent toujours aux mineurs de se marier.
Il existe encore des associations au Maroc qui luttent contre ce phénomène. Le président de la section locale de la Société marocaine des droits de l’homme (AMDH) a déclaré être confronté à des difficultés dans la lutte contre les mariages précoces.
Chacun sait que, dans la plupart des cas, ces alliances se nouent en organisant la complicité des autorités locales et des familles.
Pour cette raison, les demandes de mariage de mineurs se multiplient. Ces besoins concernent principalement 99% des filles.

La sexualité au Maroc :

Contexte des pratiques sexuelles au Maroc

Au Maroc, la vie sexuelle est plus compliquée. Une femme doit être vierge jusqu’au mariage, son premier rapport doit avoir lieu avec son mari, les relations sexuelles extraconjugales sont interdites et les femmes ont une interprétation stricte du Coran. L’identité musulmane est basée sur le corps féminin, d’après elles.
88% des Marocains déclarent s’opposer aux relations sexuelles en dehors du mariage, selon une enquête réalisée par un journal quotidien de la place.
Parmi les 1 000 personnes interrogées, 9% étaient en désaccord avec ces relations pour des raisons religieuses, tandis que 79% n’ont pas révélé la raison de leur désaccord. En revanche, 9% des personnes interrogées approuvent les relations sexuelles extraconjugales.
Dans le monde rural ou urbain, au Nord comme au Sud, la réponse est pratiquement la même : les Marocains semblent être unanimes contre les relations sexuelles hors mariage.
Cependant, quel que soit le milieu social, les relations sexuelles prénuptiales au Maroc soulèvent dans une certaine mesure de nombreux problèmes pratiques et moraux, suivant que les gens vivent dans les grandes villes, les banlieues ou les plaines ; Arrière-pays désertique ou montagneux.
Au Maroc, bien que des normes strictes de chasteté soient imposées aux célibataires et que la chasteté féminine soit soulignée, les relations sexuelles avant le mariage existent toujours.
Bien entendu, l’ordre social et religieux dominant au Maroc est souvent basé sur des valeurs telles que l’honneur et le prestige du groupe familial.
Cet ordre social, oblige toujours la répression du comportement sexuel des femmes avant le mariage, car l’héritage des systèmes matrimoniaux fondés sur le mariage est souvent très précoce sans le consentement des personnes concernées.
En même temps, le célibat permanent des femmes de 50 ans a augmenté, principalement dans les zones urbaines. Cette augmentation a été confirmée par l’analyse des comportements aux plus jeunes âges (même en âge scolaire).
L’augmentation du niveau d’éducation des filles, l’allongement de la scolarité et l’entrée d’un certain nombre de femmes sur le marché du travail ont également produit un autre impact: la question du choix du conjoint par les parties concernées est de plus en plus acceptée.
Une enquête au Maroc a montré que, globalement, si 16% des femmes interrogées choisissaient leur premier mari, elles représentaient alors 63% des femmes ayant achevé leurs études supérieures.
En plus de la vie sexuelle monétisée, le sexe au Maroc reste un sujet tabou et ne peut être discuté qu’au niveau d’une classe ou catégorie sociale bien précise.
Principalement des jeunes qui associent le sexe à l’amour et aux promesses de mariage.
En effet, la première expérience des jeunes est souvent accompagnée d’angoisse. Elle n’est pas toujours vécue de manière sereine.
Pour les filles, c’est généralement la première fois qu’elles affrontent des « nus masculins ».
Mais la complicité, la fréquence, l’association et l’amour qui les unissent contribueront grandement à détendre l’atmosphère. Les couples non mariés se sentent particulièrement en insécurité dans leurs relations sexuelles, éprouvent de la culpabilité et de l’angoisse.
De plus, ces relations se produisent dans des endroits inappropriés et insalubres. Par conséquent, les hommes ont des érections, les femmes sont insatisfaites et frustrées. En plus, ces dernières sont complètement concernées par la question du maintien de la virginité.
La domination sociale des hommes sur les femmes, le refus répété de la pénétration sexuelle et l’oubli des désirs des femmes sont les causes profondes de la frustration des jeunes Marocaines.
De même, les femmes marocaines ont condamné le débat sur l’avortement, qui se limitait à la seule perspective sanitaire pour couvrir complètement la question de la liberté sexuelle et du droit au corps. Ils ont également dit qu’ils s’opposaient à la pornographie et aux articles et documents pouvant « exciter » les lecteurs.
Certaines d’entre elles espèrent la distribution gratuite des préservatifs comme c’est le cas dans d’autres pays. Car, en plus du risque de grossesse et du risque de fausse couche, lorsque la vie sexuelle est secrète, le risque de maladies transmissibles sexuellement augmentera naturellement.
De plus, le Maroc n’a pas encore mené d’éducation sexuelle. Par conséquent, le processus par lequel les Marocaines entrent dans cette relation est un mélange de peur et de honte.
Cela ne semble pas empêcher de plus en plus de jeunes Marocains, garçons ou filles, de devenir plus précoces dans la vie sexuelle, d’ignorer de plus en plus le conservatisme qui les entoure, et défier la société avec la fonction de schizophrénie entre la rigueur des règles internes et la réalité plus détendue.

Vie sexuelle des femmes marocaines

Bien que le Maroc soit un pays musulman et que tout un ensemble de traditions et de coutumes pour empêcher les rapports sexuels prénuptiaux prévaut dans le pays, de nombreux jeunes croient encore en l’importance de cette relation, et la considèrent même nécessaire avant le mariage.
Un constat réellement fascinant : il y a dix ans, le féminisme et les droits des femmes étaient considérés comme obsolètes. Nous ne sommes plus intéressés, et aujourd’hui, nous sommes très heureux de voir à quel point les exigences du féminisme et le désir de solidarité des femmes ont été rétablis.
Avec l’idée que nous ne sommes pas seuls, les personnes qui en parlent et dirigent permettront aux autres de les suivre et de profiter de cette percée.
Un renouveau de la lutte féministe, ainsi qu’un fort désir de dire que ce n’est plus possible, il y a un système mourant, et nous devons prendre acte de la mort de ce système. Nous devons construire un nouveau monde dans lequel ces anciennes pratiques patriarcales n’existeront plus.
La lutte entre défenseurs et opposants au Maroc pour la libération des femmes se poursuit. Malgré la promulgation de nouvelles lois garantissant une plus grande égalité entre les hommes et les femmes, le véritable objectif de l’égalité des genres est encore loin.
Le Conseil national des droits de l’homme a soumis au parlement marocain un mémorandum contenant une proposition de modification du droit pénal. Il comprend de nombreux chapitres, y compris ceux qui ont été et sont encore largement controversés. Parce qu’ils «s’opposent» à la liberté personnelle.
Parmi les recommandations figurant dans le mémorandum du Conseil, «faire généralement des relations sexuelles volontaires entre adultes un non-crime», c’est-à-dire supprimer la clause criminalisant l’homosexualité et criminalisant les relations sexuelles volontaires autres que le mariage, et l’infidélité.
La source a déclaré: «Sauf dans des circonstances spéciales, telles que des actes de violence illégaux ou des relations sexuelles avec des mineurs, le droit pénal ne doit pas interférer avec les relations interpersonnelles étroites » pour prouver que la proposition est raisonnable.

L’émergence d’une sexualité juvénile hors mariage au Maroc

Cependant, pour certains chercheurs, l’extension de la vie solitaire marocaine va de pair avec une plus grande autonomie des jeunes, dont l’une est le développement de relations affectives hors mariage et la sexualité adolescente.
Selon eux, ces changements sociaux peuvent s’expliquer par l’émergence de nouveaux espaces mixtes, promus par les écoles, les marchés du travail et les espaces publics où hommes et femmes sont désormais mixés.
Ces nouvelles relations de genre sont à l’origine de la sexualité adolescente hors mariage, car les jeunes n’ont plus besoin d’attendre le mariage pour vivre pleinement leur sexualité.
Le recensement effectué a révélé des résultats démographiques surprenants, à savoir que les hommes et les femmes se marient en moyenne deux ans plus tard que quelques années auparavant.
En quelques décennies, l’âge moyen du premier mariage a augmenté de dix ans, ce qui allonge de plus en plus la vie de célibataire au Maroc. L’augmentation du nombre de jeunes marocains s’accompagne de changements dans les relations de genre, notamment à travers l’émergence de nouvelles coutumes telles que les fréquentations et l’augmentation du nombre des rapports sexuels chez les jeunes hors mariage.
Face à cette découverte, nous nous sommes demandé quels facteurs ont affecté la vie sexuelle active des jeunes marocaines hors mariage ?
Comment passer du flirt initial au sexe actif? Y a-t-il une différence entre les deux genres ? Quel effet le sexe en dehors du mariage aura-t-il sur leur trajectoire de vie?
Au Maroc, l’augmentation du nombre des relations prénuptiales chez les jeunes rend plus difficile le contrôle et ouvre la voie aux relations extraconjugales.
C’est à partir de ces concepts que nous avons observé l’évolution des relations de genre chez les jeunes marocaines, et observé ce changement en étudiant leurs relations émotionnelles, leurs comportements sexuels et leur perception d’eux même. Cela peut également affecter leur trajectoire de vie.
Ces nouvelles relations et cette nouvelle émergence sont le résultat d’opportunités éducatives et de l’amélioration de l’éducation des femmes. L’émergence de cette nouvelle intimité entre hommes et femmes peut généralement être prouvée par le désir de libération des femmes.
Aujourd’hui, les parents ne contrôlent plus leurs filles comment avant, et elles sont libres de faire ce qu’elles veulent (ou presque). À une autre époque, les filles avaient très peur de leurs parents, mais maintenant elles n’ont plus ce genre d’inquiétude. Elles ne craignent même plus leurs frères qui vivent avec elles.
Même leurs vêtements ont changé, leur comportement à l’école et dans la rue a également changé. Elles osent sortir avec des garçons de plus en plus souvent.
Parce que dans le passé, une fille célibataire n’avait jamais quitté sa maison, et elle ne savait rien de son mari. La première rencontre se faisait, normalement, le jour du mariage.
Chez les plus jeunes générations de femmes, le premier flirt a commencé entre 13 et 19 ans, tandis que la génération plus âgée déclarait avoir eu cette première expérience entre 17 et 25 ans.
Les hommes, en ce qui les concerne, sont amenés à cette expérience, de nos jours, entre 19 et 25 ans, tandis que les personnes âgées, l’ont vécu plus tardivement, entre 25 et 29 ans. Par conséquent, le moment d’une relation amoureuse varie selon le sexe.

Sexualité féminine et rang social au Maroc

C’est là que réside le problème sexuel des femmes. Chacun sait à quel point la libéralisation morale peut devenir un piège pour les femmes.
Nous y sommes. Ici, le mariage est l’objectif ultime de tous, car s’il n’y a pas de mariage, pas de vie à deux, ni homme ni femme, et aucun des deux ne veut vivre seul. Bien sûr, il n’y a pas d’autres endroits ou échappatoires que le mariage !
Cependant, si les hommes peuvent coucher avant le mariage (ou malheureusement même pendant le mariage avec d’autres partenaires) sans problème social spécifique, la situation est plus compliquée pour les femmes.
Ici, dans une société où les changements moraux sont lents, la virginité a encore des significations que l’Occident n’a officiellement plus. Ici la femme idéale est la femme ayant réussi à préserver sa virginité jusqu’au mariage.
Dans ce cas, les choses semblent simples: les femmes restent vierges jusqu’à ce qu’elles se marient, c’est la règle du jeu, oui, mais ce n’est pas le cas. Parce que
dans le jeu de faux semblant qu’est la séduction au Maroc, qui ne fait aucun doute comme partout ailleurs, mais peut aggraver les choses, les femmes Marocaines modernes exigent les mêmes droits que les hommes.
Les jeunes filles vont en boîte, boivent des boissons alcoolisées et portent des vêtements sexy. Ce qui n’est bien sur pas permit aux jeunes filles marocaines issues de « bonnes familles ».
C’est l’un des paradoxes les plus inquiétants du Maroc: ce que les femmes marocaines instruites se permettent de faire est socialement inacceptable pour les jeunes filles de la classe ouvrière.
Dans certains cas, les personnes riches ou les filles de la classe moyenne peuvent:
– Fumer
– consommer de l’alcool
– Aller au café
– Aller à la discothèque
– Porter des vêtements sexy
– Même avoir des relations sexuelles.
Toutes ces actions, sans parler de la dernière, suffisent à qualifier les femmes de statut social inférieur de «filles perdues». Pour une femme «éduquée», ces pratiques sont interdites et ça ne se discute même pas.
C’est la raison de cette étrange adaptation: oui, certaines femmes fument, mais elles ne fument jamais dans la rue, ce sera vulgaire et ne sera jamais admis par les parents, car ceux-ci doivent bien le savoir mais font toujours semblant de l’ignorer, par « respect » mutuel.
Oui, les femmes marocaines consomment des boissons alcoolisées de temps en temps, mais il est honteux de se saouler et de se faire remarquer en public.
Oui, les femmes se rendent dans des clubs ou des salons de thé, mais pas dans les cafés. Les femmes portent des tenues sexy, mais certainement pas partout.
Quand il s’agit de sexe, c’est clairement un tabou. Mais quand tu es amoureux et que tu sais que c’est sérieux, il ne l’est plus n’est-ce pas ?
Une fois le tour de ces différents points est fait, nous nous rendons immédiatement compte que ces «libertés» dont peuvent jouir les femmes ayant un bon statut
social sont autant de pièges cruels. Si elles ne les prennent pas (tout ou partie), elles sont des « oies blanches », pas assez modernes ou sophistiquées, pas marrantes, pas intelligentes, bref, des innocentes coincées dans le sens le plus péjoratif du terme.

En conclusion

Chez la jeune génération, avec la disparition des mariages précoces et un temps d’étude plus long offrant aux jeunes du temps libre pour mûrir en dehors du domaine du mariage, leur réflexion se développe et change progressivement la manière dont ils entrent à l’âge adulte.
Cette période de célibat est également un bon moment pour les Marocains pour explorer les relations émotionnelles au collège ou au lycée. Par conséquent, en plus d’être un point d’entrée traditionnel pour le mariage, la fréquentation amoureuse est une nouvelle étape d’aujourd’hui qui nous permet de comprendre le mécanisme de l’expansion de la vie célibataire et la montée des relations sexuelles hors mariage.
Cette expérience est partagée par 70% des hommes et 45% des femmes, contribuant à redéfinir les trajectoires émotionnelles et à façonner les contours de nouvelles identités culturelles, dont la fréquentation amoureuse est l’une des manifestations. Par conséquent, malgré l’interdiction morale, les relations émotionnelles sont devenues monnaie courante et ont soulevé des doutes sur l’éducation puritaine. De plus en plus de ces jeunes violents l’éthique sociale et les écoles sont en train de devenir un lieu pour initier les garçons et les filles aux relations amoureuses et ouvrir la voie à des relations sexuelles extraconjugales.
En fait, nous avons vu que même au Maroc, les relations sexuelles avant le mariage sont interdites par la loi, mais les jeunes n’ont pas à attendre le mariage pour en pratiquer.
Quelles que soient les mesures prises, l’État punira tout acte répréhensible pour maintenir le mariage comme seul cadre juridique pour la sexualité et la reproduction. Mais malgré cela, ces relations volontaires constituent toujours l’élément le plus convaincant de ces jeunes Marocains, qui ont une forte fluidité émotionnelle dans leur vie, provoquant parfois une série de flirt, jusqu’à ce qu’une relation stable s’établisse.
Ce nouveau seuil ne représente pas nécessairement le premier pas vers une structure familiale, mais un pas intermédiaire pour gagner en autonomie, parmi lesquels la sexualité juvénile est une telle expression.
Ces développements sociaux et culturels ont profondément ébranlé la structure familiale patriarcale, le système matrimonial et les relations sociales entre les sexes.

Mahfoud BOUDAAKKAR